Expliquer un décès aux enfants

Votre famille vient d’être touchée par le décès d’une arrière grand-mère, d’un grand-père…Quel que soit le degré de proximité familiale et l’âge de la personne, un enfant, même tout jeune, ressentira la peine que chacun éprouve. Jusq’à environ 5 ans, la notion de mort reste très abstraite pour lui ce qui peut entraîner des questions. Parfois de la peur ou de la culpabilité. Il est donc primordiale d’expliquer un décès aux enfants.

1/Rassurer l’enfant sur le cycle de la vie

Avant toute chose, on agit avec délicatesse, sans brusquerie, car le chagrin de l’enfant, même s’il se manifeste différemment, doit être pris en compte. Il est donc important de le réconforter, de lui montrer que vous êtes présent pour lui. Ensuite, expliquer à votre enfant que la mort est naturelle puisqu’elle fait partie du cycle de la vie. Une comparaison avec une arbre, une fleur, un insecte quelconque comme un papillon peut être judicieux pour lui faire comprendre qu’un jour chaque être vivant disparaît. Tout en insistant sur la durée de vie plus longue des hommes et des femmes…

2/ Expliquer qu’une personne décédée est présente dans les pensées

Au delà de toutes considérations religieuses, il est important d’expliquer qu’un décès est irréversible. Papy ou mamie ne reviendront pas parce que leur cœur s’est arrêté de battre. Mais ils restent présents à jamais dans les souvenirs et les pensées, tout comme les agréables moments qu’ils ont partagés. Evitez surtout d’utiliser des termes qui peuvent prêter à confusion dans la tête d’un jeune enfant, comme un long voyage (qui implique un retour!) ou qu’elle s’est endormie (qui sous-entend un réveil!)…

3/Expliquer les grandes lignes d’une maladie

En cas de maladie grave tel qu’un cancer, il est également très important de parler aux tout jeunes enfants. Tout simplement parce qu’ils pourraient penser qu’une simple otite puisse conduire à leur mort. Il est nécessaire d’employer les mots justes, en ne masquant pas la vérité, et en expliquant les grandes lignes de la maladie. Il est également important d’évoquer une possible guérison, sans qu’elle soit systématique. Parfois certaines personnes guérissent, d’autres pas car ils souffrent beaucoup. Et conclure en insistant que le fait que malgré la souffrance, malgré la maladie, la personne l’aime toujours.

Nos conseils pour la période de deuil